Aller au contenu

Félix Radu
« Les mots s’improsent »

ma. 10 et me. 11 mai, 20h
salle communale
Humour
Durée: 1h10
Dès 12 ans
Plein tarif 35.-
AVS, AI, chômeurs, 
Club Tribune, Unireso 30.-
Etudiant.e.s ou apprenti.e.s 
jusqu'à 30 ans 20.-
Carte 20ans20francs 15.-

Félix Radu (écriture et jeu)  Julien Alluguette (mise en scène) 

«Madame, si les baisers s’envoyaient par écrit, vous liriez ma lettre avec les lèvres.» Ceci est un vers tiré de la carte blanche, Allez viens, de Félix Radu, livré l’automne dernier sur la 1ère de la RTBF. Le vers en question est du célèbre poète Edmond Rostand. C’est ça le génie Radu: créer de l’humour par l’accord de la littérature, la philosophie et l’absurde. 

Avant sa voix, ce sont ses mots. Des mots-caresse. Des mots-sagesse. Derrière son visage gracile et habillé de seulement 25 ans, Radu redonne leur noblesse à nos petits riens quotidiens. Génération Corona ! Pourtant, loin de lui la nonchalance dépressive qui donne le sentiment que nos rêves piétinent, en pyjama. Loin du Namurois, la lassitude d’une vie qui a perdu sa fantaisie, sa poésie, son sel. «C’est quoi 83 ans face à l’éternité?» qu’il lance, le trémolo dans la voix, la gestuelle tremblante voire nerveuse. Le baiser de l’émotion rappelle celui de Raymond Devos.

Félix Radu est l’évangéliste de la patience, de la bienveillance et de l’impertinence.