Aller au contenu

Jawhar
« Winrah Marah »

sa. 5 février, 20h30
Le Manège
Folk-rock
Durée: 1h30
Plein tarif 30.-
AVS, AI, chômeurs, 
Club Tribune, Unireso 26.-
Etudiant.e.s ou apprenti.e.s 
jusqu'à 30 ans 15.-
Carte 20ans20francs 10.-

Jawhar Basti (voix et guitare) Louis Evrard (batterie) David Picard (claviers) Yannick Dupont (basse)

Il faut être amateur de folk pour glisser avec légèreté dans l’univers duveteux du musicien belgo-tunisien, Jawhar. C’est là-bas, dans la banlieue de Tunis qui l’a vu grandir, qu’il retourne puiser l’effluve orientale qui fait tout le charme de sa musique. Ça donne un folk chaâbi d’une délicatesse que même Oum Kalthoum, éternelle Voix d’Égypte, validerait.

Musicien, mais également dramaturge et comédien, Jahwar propose en 2011, Hobb Story de Lotfi Achour, sa première fiction théâtrale et musicale. La pièce qu’il monte comme la musique qu’il compose est sulfureuse. Il y parle d’amour et de sexe dans ce monde arabe alors soulevé par les révolutions Jasmin.

Derrière des percussions timides, sa voix grave, profonde et pure rappelle celle de Nick Drake, de Bob Dylan voire de Leonard Cohen. Avec son 3e opus, Winrah Marah, Jawhar continue de tisser, par le jeu de sa guitare paisible, une toile tunisienne contemporaine. Sexe, jeunesse, religion, et droit des femmes y sont dépeints avec la grâce et la poésie qui le caractérisent.