Aller au contenu

Miossec
« Boire, écrire, s’enfuir »

ve. 26 novembre 20h30
salle communale
Chanson française
Durée: 1h30
Plein tarif 45.-
AVS, AI, chômeurs, 
Club Tribune, Unireso 38.-
Etudiant.e.s ou apprenti.e.s 
jusqu'à 30 ans 25.-
Carte 20ans20francs 20.-

Christophe Miossec (chant et guitares) Mirabelle Gilis (chant et violon) Sébastien Hoog (guitares, basse et choeurs) Raphael Tyss (claviers, cuivres, choeurs et machines) Arnaud Lapret (percussions et choeurs) 

Il nous revient de loin, Christophe Miossec. Et non, il n’est plus saoul ; ceci en référence au titre-phare Non, non, non, je ne suis plus saoul, tiré de son tout premier album Boire en 1995. Un tour de force dont le brut de la poésie avait bousculé les canons de la chanson française d’alors. Aujourd’hui, 25 ans après, il nous revient avec son onzième album Boire, écrire et s’enfuir, en duo avec la chanteuse et violoniste Mirabelle Gilis.

Parolier à l’écriture sèche, la voix rugueuse, Miossec entretient son univers fait de la torpeur de nos amours sombres, cabossées, voire confinées. C’est sans doute ce qui a poussé les plus grands : Bashung, Gréco ou encore Birkin, à recourir à sa poésie. Le célèbre titre 20 ans de Johnny Hallyday, Victoire de la musique en 2014, est l’oeuvre de sa plume.

Cigarette au bec, le regard mélancolique, Miossec porte la voix rauque qui donne l’effet d’une caresse. Comme une plume à l’oreille, sa voix-sparadrap panse, de manière chirurgicale, nos maux les plus enfouis. 


En coproduction avec le Service culturel Migros Genève